Pollution et santé

Télécharger la fiche : annexe-fiche-4-pollution-sante-bh-ol-2017-01-03

Le classement d’Annecy comme 2e ville la plus polluée de France par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été relativisé, voire nié, par une partie des élus locaux. Pourtant, la très mauvaise place de notre ville aux niveaux tant Rhône-alpin que national est indiscutable lorsqu’on se penche de plus près sur les chiffres. L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) confirme que cette pollution a des répercussions directes sur la santé et l’espérance de vie des habitants. Les médecins locaux nous en alertent de plus en plus fréquemment.

1/ Classement d’Annecy parmi les villes les plus polluées

L’OMS a donc classé Annecy 2e ville la plus polluée de France. Ce classement, publié en 2014, se base sur le taux de particules fines de diamètre inférieur à 2,5 μm, dites PM2,5. Il s’appuie sur les données recueillies en 2011, ce qui a conduit certains élus à remettre en cause le classement car c’est une année où les résultats d’Annecy ont été particulièrement mauvais. Pour autant, une étude approfondie des données disponibles fournies par Air Rhône-Alpes montre qu’Annecy est la ville la plus polluée en Rhône-Alpes en PM2,5 (les plus dangereuses car elles pénètrent les alvéoles pulmonaires), non seulement en 2011 mais aussi sur la moyenne 2009-2016, ainsi que sur les dernières années (2014, 2015 et 2016).

Mesures sur les particules PM2,5, en microgrammes/m3, pour les stations de type « Fond/Urbaine » (classées ici sur 2015) :

Station 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Moyenne
  2009-2016
Annecy Loverchy 22 21 25 16 19 16 18 16 19,1
Passy 16 16,0
Lyon Centre 23 22 18 20 18 14 17 15 18,4
Chambéry Pasteur 17 19 18 19 15 15 17,2
Grenoble les Frenes 22 22 18 16 12 16 14 17,1
Annemasse 12 16 13 13,7
Villefranche Village 19 18 13 15 13 15,6
Est stéphanois/St Chamond 19 20 19 13 14 8 14 13 15,0
Saint-Etienne Sud 12 12 10 9 8 10,2
Est lyonnais/Vaulx en Velin 25 23 16 13 14 18,2

Par ailleurs, une étude publiée sur le site du Ministère de l’Ecologie, indique pour les 60 agglomérations françaises de plus de 100.000 habitants et pour la période 2009-2011, le nombre de jours par an où l’indice ATMO est supérieur ou égal à 6. Cet indice fournit une information synthétique sur la qualité de l’air et est basé sur les concentrations dans l’air de quatre polluants : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et particules fines de diamètre inférieur à 10 μm (PM10).Bien que cette étude se base sur une période plus large et surtout sur des critères différents de celle de l’OMS, Annecy y reste classée parmi les villes les plus polluées de France, à la 8e place sur 60.L’InVS nous apprend que les transports et le résidentiel sont les principales sources de pollution aux particules fines dans l’agglomération annécienne, devant l’industrie. Air Rhône- Alpes indique que 70% des NOx incombe aux transports.

2/ Effets de la pollution sur la santé dans l’agglomération annécienne

L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a évalué l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine dans l’agglomération d’Annecy sur la période 2009-2011. Elle montre que les habitants de l’agglomération annécienne perdent 11 mois d’espérance de vie par rapport à une ville qui respecterait la valeur-guide de l’OMS pour les particules fines cancérigènes PM2,5. Soixante-dix décès par an sont attribués à cette pollution.

Il convient de distinguer deux types d’impact de l’exposition à la pollution atmosphérique sur la santé :

les impacts à court terme (quelques jours) sont à l’origine de troubles tels que : irritations oculaires ou des voies respiratoires, crises d’asthme, exacerbation de troubles cardio-vasculaires et respiratoires pouvant conduire à une hospitalisation, et dans les cas les plus graves au décès ;

les impacts à long terme (1 à 10 ans) peuvent être définis comme la contribution de l’exposition à la pollution atmosphérique au développement ou à l’aggravation de maladies chroniques telles que : cancers, pathologies cardiovasculaires et respiratoires, troubles neurologiques, troubles du développement, etc.

Respirer l’air du bassin annécien serait donc mortel et les transports routiers en sont co-responsables. Où est passé « l’oxygène à la source ? ».