LE TRAM ANNECY- ALBERTVILLE »

Publié le

Réunion publique d’information

A l’invitation du Maire, en présence de nombreux élus et avec la participation du Grenelle des Transports et de la qualité de l’air du bassin annécien

Lundi 6 mai 2019
à 19h , salle de La Pierre du Roy,
Albertville


OUI à un transport en commun vraiment attractif en rive ouest. Bientôt 10 000 signatures

Publié le

Cliquez sur ce lien pour signer la pétition

  • Sur voie dédiée (« site propre intégral ») jusqu’à la gare d’Annecy, de manière à
    garantir la ponctualité et la fiabilité des horaires.
  • Rapide, à forte fréquence et à amplitude horaire élevée.
  • Offrant confort, sécurité, accès handicapés, poussettes et vélos.
  • Permettant l’intermodalité avec les autres modes de déplacement (parc relais), en
    particulier les autres transports en commun (trains, bus) et les modes doux (vélo).

NON au tunnel routier sous le Semnoz

Le tunnel, un aspirateur à voitures qui provoquerait sur la rive ouest une augmentation
considérable du trafic, des embouteillages et de la pollution, avec ses conséquences sur la santé.

Selon la dernière étude (1 ), le tunnel ce serait :

  • 36% de trafic supplémentaire entre Sevrier et St-Jorioz et 44% entre St-Jorioz et Doussard.
  • Une congestion déplacée : la saturation en heure de pointe entre Annecy et Sevrier, censée être éliminée de la rive ouest, serait en fait déplacée entre Sevrier et St-Jorioz.

Une forte augmentation du trafic est à prévoir également à Vovray et ses approches.

Le tunnel (et ses accès), ce serait aussi de 236 à 284 millions d’euros aux frais du contribuable.

Signez la pétition sur  :

Cliquez sur ce lien pour signer la pétition

Collectif d’associations pour un Grenelle des transports et de la qualité de l’air du bassin annécien (AGE21, Amis de la Terre 74, ARDSL, ASURAIL, Bien Vivre à Veyrier, Changeons d’Ère, CSF74, FNAUT, FRAPNA74, Lac d’Annecy Environnement, Pays de Faverges Environnement, Plus belle ma vie, Rive Ouest Environnement).

Pétition également soutenue par les associations : ACPAT, AMAPlace sur la Terre, Amis du Terroir du Pays de Fillière, ARSMB, Association Citoyenne de Passy, Cellule Verte 74, ChloroFill, Colibris Arve et Giffre, Collectif médical de la vallée de l’Arve, Inspire, L’Abeille, Les Écolibristes, Mountain Wilderness, Nature & Environnement en Pays Rochois, Roule & Co, Sallanches Autrement, Vivre en Montagnes du Giffre, Vivre en Vallée Verte.

(1) Étude de trafic: modélisation statique (BG Ingénieurs Conseils, 2018) commandée par le Conseil départemental.

LOLA : une belle concertation, pour rien ?

Publié le Mis à jour le

Communiqué de presse, mercredi 3 avril 2019

Malgré la concertation publique, malgré l’avis de la CNDP et contre toute attente, le département de la Haute-Savoie et le Grand ANNECY maintiennent coûte que coûte leur projet de tunnel routier sous le Semnoz !

-Bien que le projet LOLA ait été critiqué par les experts indépendants de la CNDP pour sa »faible acceptabilité » et pour sa faiblesse technique, les maîtres d’ouvrage décident de poursuivre le projet routier de tunnel sous le Semnoz et de nouvelle voie urbaine de Seynod-Vovray, couplé d’un BHNS qui n’en a que le nom. Il est juste annoncé qu’une étude sur le tram sera menée, sans en préciser la portée. Le gaspillage d’autant d’argent public sur des projets routiers rendra impossible toute autre solution de transport collectif performant et attractif. Parler du tram devient dès lors un leurre !

Il apparaît très clairement que l’intention des élus est de maintenir le projet LOLA sans changements significatifs et que ni les critères économiques, ni les critères écologiques, ni même l’avis très majoritaire de la population ne seront pris en compte pour la suite du projet.

A Annecy et en Haute-Savoie, la concertation semble être un espace-temps creux et vide de sens qui ne change rien, ni au résultat final, ni aux modalités détaillées de mise en œuvre. C’est à l’évidence, pour les maîtres d’ouvrage, un simple passage obligé, mais qu’ilsignorent finalement. A peine remis les bilans de la concertation, le projet initial est confirmé et relancé.

Le collectif Grenelle dénonce la grave atteinte faite à la démocratie participative et le profond mépris qu’expriment ainsi les porteurs du projetvis-à-vis de la population de la cluse du lac d’Annecy

Contacts médias : Jean-Pierre Crouzat – Francis Courage – Ghislaine Lombart

Réactivation de la desserte ferroviaire d’Albertville à Annecy

Publié le Mis à jour le

E. Luca (FNAUT) – O. Labasse  (ALAE, BVV)

A) Rappel de la desserte transports en commun du projet LOLA en relation avec la liaison Albertville

  • Aménagement de la RD 1508 limité à un site propre partiel d’Annecy (gare routière) à Duingt Plage ; pas d’aménagements sur la RD 1508 de Duingt à Faverges ; desserte par un autobus dit « BHNS » d’Annecy à Duingt et par autocar « CHNS » d’Annecy à Faverges.
  • Fréquences en heures de pointe de ½ h d’Annecy à Faverges (temps de parcours 45 min.), et toutes les heures à l’heure vers Albertville ; fiabilité horaire médiocre (20 % de site propre).
  • Report modal de la voiture vers le TC inférieur à 1 % (0,5% à 0,9% – étude BG ARTELIA).

B)    Alternatives ferroviaires par tramway[1] jusqu’à Faverges et tram-trains jusqu’à Albertville

  • Descriptif. Réutilisation de la voie sauvegardée d’Annecy gare au Faubourg des Balmettes, réutilisation et aménagement de l’ancien tunnel ferroviaire de la Puya, translation de la piste cyclable le long de la voie ferrée sur l’emprise de l’ancienne ligne ferroviaire (pas d’impact foncier) de Régina (sortie du tunnel de la Puya) à Faverges via tunnel de Duingt 188m (contournement à l’air libre pour vélos +/-300m), réinstallation de la voie ferrée sur sa plateforme de Faverges à Ugine. Utilisation de la voie en activité Ugine -Albertville. Le concept n’est pas « tram ou vélo », mais « tram + vélos ».

Avantages par rapport au projet LOLA, outre l’absence de perturbation RD 1508 lors des travaux :

  1. Site propre à 100 % garantie de ponctualité, rapidité, régularité, fluidité.
  2. Fréquence de 15 min en heures de pointe, temps de parcours réduit à 39 min d’Annecy à Faverges (TTK), très haute fiabilité y compris avec intempéries (neige, verglas,etc.)
  3. Confort supérieur : ni à-coups, secousses, déversement en courbe ; utilisation du temps de trajet
  4. Capacité voyageurs double du CHNS
  5. Correspondance quai à quai avec Léman Express, TER, TGV en gare d’Annecy. 
  6. Prolongement de desserte sur réseau SNCF :  St Martin Bellevue, Rumilly… sans rupture de charge.
  7. Admission des vélos, voiture d’enfants, fauteuils roulants… Intermodalité.
  8. Aucune pollution de l’air, ni émission de CO2, ni batteries. Efficacité énergétique et bilan carbone meilleurs que véhicules thermiques ou hybrides et électriques à batterie (cf. Analyse de Cycle de vie)
  9. Report modal (part modale de 26% du TCSP guidé d’Annecy à Faverges- étude TTK) permettant la décongestion des rives du lac plutôt que son transfert accru de St-Jorioz à Sevrier du fait du tunnel .
  10. Coût d’investissement inférieur au projet LOLA : 216M€ tramway d’Annecy à Faverges vs 350 M€ pour le projet LOLA avec NVU couverte et tunnel ; 287M€ tram-train d’Annecy à Albertville.
  11. attrait touristique fort (cf. trains suisses, Mont Blanc Express…), accès aux plages des estivants.
  12. praticité, rapidité et sécurité pour les trajets pendulaires (cf. Léman Express…).                                                                                                   

[1] Le tram-train est dérivé du tramway pour circuler en site urbain comme un tram (passage des voitures) et suburbain comme un train. Plancher bas, passage en courbes 25m (vs 100m pour un TER) pour contournement des immeubles (ex. Balmettes), poids ≤ 60t (vs 120t TER), largeur 2,40 m à 2,65m (vs 2,90m TER).

Revue de presse de fin d’année au sujet de LOLA*

Publié le

En vous souhaitant à toutes et à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Mais rien n’est confirmé, c’est un accord de principe. Ce serait un bon début d’année 2019.

*Liaison Ouest du Lac d’Annecy

Notre appel aux élus pour la prise en compte du réchauffement climatique

Publié le

APPEL DES 13 ASSOCIATIONS DU GRENELLE DES TRANSPORTS ET DE LA QUALITE DE L’AIR AUX ELUS DU BASSIN ANNECIEN ET DU DEPARTEMENT DE LA HAUTE-SAVOIE POUR LA PRISE EN COMPTE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE DANS LES PROJETS DE MOBILITE

LAC ANNECY CLIMATPersonne ne peut désormais ignorer que les trois dernières années, 2015, 2016 et 2017, ont été les plus chaudes jamais observées depuis le début des relevés climatiques. 2018 devrait compléter la série.

Dans le monde, les conséquences du réchauffement climatique seront dramatiques : 250.000 morts par an à partir de 2030 (OMS) et 143 millions de réfugiés climatiques (Banque mondiale) ou 250 millions (ONU) d’ici 2050.
Dans les Alpes, le réchauffement est deux fois plus rapide que dans le reste du monde ; Météo France prévoit une « diminution forte dès le milieu du 21ème siècle de la durée d’enneigement de tous les massifs français, ce jusqu’à une altitude de 2500 m. ». Nous constatons tous les effets du réchauffement et de la dégradation du climat : fonte accélérée des glaciers, éboulements rocheux en haute montagne, cours d’eau asséchés, lac d’Annecy à marée basse.

Le nouveau rapport (octobre 2018) des scientifiques du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) met en garde les dirigeants des 195 pays signataires de l’accord de Paris (COP 21) : pour contenir le réchauffement climatique à un niveau supportable (+1,5°C), nous devons engager des transformations « rapides » et
« sans précédent » et réduire nos émissions de CO2 de 45% d’ici 2030, faute de quoi nous dépasserons très rapidement ce seuil de +1,5°C, à savoir dès 2030 à 2052.

Le secteur des transports est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre (GES) en France. Dans le périmètre de l’agglomération, c’est-à-dire celui du Plan de Déplacements Urbains (PDU), le dossier ATMO relatif au projet de mobilité indique (page 42) que les émissions de CO2 liées au trafic routier dans l’agglomération vont augmenter de
14% d’ici 2030 : roulant à la catastrophe, on accélère au lieu de freiner. Les habitants se seraient attendus à ce que les projets de mobilité du PDU, le projet LOLA en particulier, aient pour objectif d’inverser cette tendance.

Alors que d’autres solutions « décarbonées » ont été identifiées, le projet LOLA actuel à trois composantes (tunnel, BHNS, NVU) amènerait, pour sa part, une baisse négligeable des émissions de CO2 de 0,1% comme l’indique encore le rapport ATMO (ce qui maintiendrait la hausse des émissions liées au trafic dans l’agglomération à +13,9%). Cela signifie que ce projet conjoint du Grand Annecy et du Département haut-savoyard s’inscrit exactement dans la trajectoire du scénario funeste du GIEC où « aucun effort d’atténuation supplémentaire n’est déployé » et conduisant à une augmentation de 4 à 5°C d’ici 2100. Pour comprendre l’impact d’une telle différence de température, il
correspond à celui de la différence de température entre une période glaciaire et une période interglaciaire (CNRS).

Le coûteux projet LOLA (300 à 350 millions d’euros) se révèle donc en totale contradiction avec les préconisations du GIEC et avec les engagements locaux, français, européens et internationaux de réduction des émissions de GES.
Si rien ne change, nos enfants, et aussi notre génération, connaitront un monde où il fera moins bon vivre : ressources raréfiées, perte de biodiversité, catastrophes climatiques. Un monde plus conflictuel, plus dangereux.
NOUS APPELONS LES ELUS A PRENDRE LA MESURE DE LA MENACE CLIMATIQUE ET A ORIENTER LEURS PROJETS EN CONSEQUENCE.

« Notre étude comparative de solutions alternatives : une mauvaise note pour LOLA »

Publié le

Une seule solution de mobilité est proposée par les maîtres d’ouvrage : elle s’appelle LOLA. Ce n’est pas suffisant pour susciter un débat éclairé et pour prendre les bonnes décisions.

Nos associations ont développé une étude comparative… 

… qui se veut la plus objective possible. Parmi diverses options envisageables, et notamment tout ce qui pourrait être fait « ici et maintenant », nous avons comparé à LOLA trois autres solutions de mobilité, dont deux avaient déjà été préconisées par des bureaux d’études ces dernières années – à savoir TTK et SYSTRA – sans toutefois être retenues par les décideurs politiques.

Chaque solution présente des avantages et des inconvénients éventuels, mais toutes sont nettement mieux classées que le projet LOLA, qui n’obtient que 8,5 / 20 pour 300 à 350 millions d’Euros d’investissement. A vous de juger.

Lire et télécharger notre étude comparative 

Grenelle Les projet et les notes

Comparatif du Grenelle LOLA et autres alternatives