CO2

Canons à neige SUR le Semnoz et tunnel SOUS le Semnoz

Publié le

Bruno d’Halluin :  Les Amis de la Terre 74 . Article initialement paru sur http://amisdelaterre74.org/canons-a-neige-sur-le-semnoz-et-tunnel-sous-le-semnoz.html

Le Syndicat intercommunal d’étude pour la protection et l’aménagement du Semnoz (Sipas) a voté ce 14 mars 2018 un budget pour équiper la station de ski de canons à neige. Or, les mêmes élus ont voté en 2016 une convention de financement pour des projets routiers dans le bassin annécien, dont le principal est le percement d’un tunnel sous le Semnoz.
N’est-on pas là devant une nouvelle variante du pompier pyromane ?arton885-167bb

Selon la dernière étude commandée par le département et l’agglomération, à savoir l’étude BG (1), le tunnel sous le Semnoz génèrerait à l’horizon 2030 sur la rive ouest du lac d’Annecy 48% de trafic supplémentaire par rapport à une situation sans tunnel (en heure de pointe du matin et en prenant la moyenne des hypothèses et des tronçons entre Duingt et Sevrier (2)). Ce trafic induit amènerait donc une forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES), en totale contradiction avec les objectifs français et européens sur le climat.

Selon le projet SCAMPEI (2011) coordonné par Météo-France : « Le principal résultat [du projet] est la diminution forte dès le milieu du 21ème siècle de la durée d’enneigement de tous les massifs […] jusqu’à une altitude de 2500 m. A la fin du siècle la durée annuelle d’enneigement est réduite de 80% dans les scénarios les plus pessimistes, 50% dans les scénarios optimistes. Ce résultat est robuste […]« 

Selon le rapport de la Cour des comptes de février 2018 (3) : « Entre 1880 et 2012, les températures moyennes dans les Alpes ont augmenté de plus de 2°C. Cette tendance s’accélère et se renforce. Elle annonce, d’ici la seconde moitié du siècle, une modification sensible des conditions d’enneigement et l’élévation concomitante de l’altitude permettant la viabilité de l’exploitation des domaines skiables.« 

Plus loin : « L’objectif de préservation d’un enneigement suffisant conduit à recourir à des expédients coûteux qui seront difficilement soutenables : aménagement de nouveaux espaces skiables, déplacement en altitude, remodelage des pistes, apports de neige artificielle. […] La production de neige nécessite cependant des températures suffisamment basses, désormais moins fréquentes en début et en fin de saison, mais aussi une ressource en eau dont la production, le stockage et le transport incombent souvent aux collectivités publiques. […] Qu’il s’agisse de dispositifs d’enneigement ou de retenues collinaires nécessaires à leur fonctionnement, ces investissements impliquent des financements importants engageant les collectivités sur le long terme alors que l’aléa climatique s’accroît.« 

Enfin : « Outre une contribution nécessaire aux préoccupations environnementales, le tourisme en montagne doit rechercher une diversification prudente de l’offre d’activité et préparer la reconversion des sites les plus menacés.« 

Pour faire face à la menace du réchauffement climatique, et plutôt que de remettre en cause les projets qui l’aggraveraient, des élus ont donc décidé d’équiper la station du Semnoz de canons à neige. Mais on sait que rapidement, ces premiers « enneigeurs » ne suffiront pas, puisque le climat continue de se réchauffer : les trois dernières années 2015-2016-2017 sont les trois plus chaudes jamais observées. On peut penser que la tendance n’est pas prête de s’inverser puisque l’on continue à lancer des projets du type tunnel sous le Semnoz, qui participent à réchauffer notre planète en général et notre Semnoz en particulier.

Alors si l’on veut à tout prix à la fois avoir une station du Semnoz enneigée et émettre toujours plus de GES, il va probablement falloir équiper peu à peu tout le domaine skiable, puis finalement abandonner la partie et laisser rouiller les canons par manque de froid pour les faire fonctionner.

(1) Etude BG (2015) : étude « Projet de mobilité ouest : tunnel sous le Semnoz / BHNS 1508 / NVU » réalisée par le Groupement BG Ingénieurs Conseils et commandée par le CD74 et la C2A.
(2) Vous pouvez trouver le détail de ce calcul en annexe de l’article http://amisdelaterre74.org/tunnel-sous-le-semnoz-un-projet-climaticide-841.html.
(3) Référence : https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/14-stations-ski-Alpes-nord-face-rechauffement-climatique-Tome-2.pdf

Conférence à Faverges : Comment sortir du Tunnel ? La presse en parle.

Publié le

L’ESSOR DU 16 NOVEMBRE 2017

Conf. Faverges L'Essor 16-11-2017

DAUPHINE DU 25 NOVEMBRE 2017

Conf Faverge DL 25 11 2017

L’ESSOR DU 30 NOVEMBRE 2017

Grenelle-Faverges 23-11 Essor 30-11-2017

LE FAUCIGNY DU 30 NOVEMBRE 2017

Faverges-LE Faucigny 30-11-2017

Participez à l’enquête publique sur l’élargissement de la A41 à 2X3 voies entre Annecy Nord et Saint-Martin de Bellevue

Publié le Mis à jour le

Ghislaine Lombart les Amis de la Terre 74

Cet article vous propose quelques arguments dont vous pouvez vous inspirer pour faire votre déposition en ligne en allant sur le registre dématérialisé en cliquant ci-dessous.

https://www.registre-dematerialise.fr/506

 

QUELQUES REMARQUES  SUR  L’ETUDE D’IMPACTLOS ANGELES PRINGY

L’étude d’impact d’un projet routier doit entres  autres préciser ces différents points :

-une analyse de l’état initial de la zone et des  milieux susceptibles d’être affectés par le projet notamment  la qualité de l’air.

-une analyse de tous les effets à court et long terme du projet sur l’environnement, la santé des populations

  • une analyse des effets cumulés avec d’autres projets connus
  • une esquisse des principales solutions de substitution et les raisons du choix retenu.
  • les mesures prévues pour  éviter ou compenser les effets négatifs notables du projet.
  1. CONCERNANT LE TRAFIC  ET LES EFFETS CUMULES  AVEC D’AUTRES PROJETS

Il est noté : « l’élargissement de l’A41 n’induira pas une augmentation de trafic ».

Il n’est donc fait aucun cas dans l’analyse :

  • du trafic induit par l’élargissement pourtant démontré et étudié dans des projets similaires
  • des apports supplémentaires de trafic liés inévitablement aux projets routiers du Grand Annecy et du Département (tunnel sous le Semnoz, prolongé par   la RD3508 sud et nord  à 2×2 voies .Les effets cumulés de l’ensemble des projets routiers ne sont pas traités.
  • des projets importants d’urbanisme de l’ensemble du bassin et du secteur concerné
  1. CONCERNANT LA QUALITE DE L’AIR ET LE CLIMAT

Il est noté en conclusion « une maitrise des pollutions et nuisances »

Nous remarquons dans l’état initial  les valeurs  déjà  élevées des particules fines et du dioxyde d’azote.

(Nous constatons qu’il n’y a dans le périmètre du projet aucune station de mesure permanente pour les différents polluants ; campagne de mesure  sur  un seul mois (septembre 2014) pour 2 polluants : le benzène et le dioxyde d’azote)

L’évaluation des émissions de polluants (particules fines) induites par le projet est basée sur essentiellement 2 critères :   -l’amélioration technologique des véhicules et le renouvellement du parc  roulant

Nous nous interrogeons donc sur la fiabilité de ces modélisations et pensons qu’un certain nombre d’éléments ne sont pas pris en compte, dont le trafic induit cité plus haut.

La notion de fluidité évoquée encore une fois et que l’on sait provisoire ne fait l’objet d’aucune étude sérieuse.

Nous ne voyons pas comment les engagements de l’Etat sur le climat et la pollution  seront respectés :

  • diminution de 29% des GES d’ici 2030
  • diminution de la pollution : objectif de 14,7 µg/m3 (valeur annuelle) pour les PM2,5 en 2020
  1. CONCERNANT L’ETUDE DE SOLUTIONS DE SUBSTITUTION

La seule solution de substitution envisagée est «  de ne  pas élargir l’autoroute ».

Pourtant l’A41 fait partie de l’axe Annecy-Genève et la solution de substitution par le rail : le Léman Express, aurait dû être étudiée et comparée au projet en terme de temps de trajet, de coût et d’effets sur l’environnement.

Le doublement de l’A41 au nord d’Annecy ne résout rien car il ne s’attaque ni au bouchons du nœud routier près de l’hôpital, ni à ceux de la douane de Bardonnex. Pire, il va même les amplifier en créant un appel d’air.

Alors que l’on va proposer 10 pistes routières parallèles le long de Pringy, la voie ferrée reste encore à une seule voie unique.

C’est pourtant la solution d’avenir. Dès décembre 2019, le train Léman Express reliera une fois par heure Annecy à Genève en une heure de trajet. Mais en doublant la voie ferrée, on pourrait offrir un train chaque 15 mn permettant de rejoindre Genève en 45 mn depuis le centre d’Annecy avec arrêts à Pringy et Groisy.

SNCF Réseau a fait de récentes propositions fort pertinentes, basées sur les études d’Annecy 2018 : département, région et Grand d’Annecy doivent s’engager sur ce transport performant, sans rejet de pollution.

Cette solution de mobilité  entre Annecy et Genève serait en phase avec le protocole transport de la Convention Alpine.

  1. CONCERNANT LA SANTE DES POPULATIONS

Il faut rappeler que ce projet est situé à proximité de zones sensibles : 5 établissements  à caractère sanitaire et social dont l’Hôpital et un « éco quartier » le Pré Billy .

Les conclusions sur l’impact sanitaire du projet ne sont donc pas suffisamment précises.

Particules Fines pm 2,5 : Annecy toujours en haut du classement en 2016 !

Publié le Mis à jour le

POLLUTION ET SANTÉ DANS L’AGGLOMERATION ANNECIENNE

Par Bruno d’Halluin – Les Amis de la Terre 74

Le classement d’Annecy comme 2e ville la plus polluée de France par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été relativisé, voire nié, par une partie des élus locaux. Pourtant, la très mauvaise place de notre ville aux niveaux tant Rhône-alpin que national est indiscutable lorsqu’on se penche de plus près sur les chiffres. L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) confirme que cette pollution a des répercussions directes sur la santé et l’espérance de vie des habitants. Les médecins locaux nous en alertent de plus en plus fréquemment.

1/ Classement d’Annecy parmi les villes les plus polluées

pm-2-5-annecy-moyenne-sur-7-ansL’OMS a donc classé Annecy 2e ville la plus polluée de France. Ce classement, publié en 2014, se base sur le taux de particules fines de diamètre inférieur à 2,5 μm, dites PM2,5. Il s’appuie sur les données recueillies en 2011, ce qui a conduit certains élus à remettre en cause le classement car c’est une année où
les résultats d’Annecy ont été particulièrement mauvais. Pour autant, une étude approfondie des données disponibles fournies par Air Rhône-Alpes montre qu’Annecy est la ville la plus polluée en Rhône-Alpes en PM2,5 (les plus dangereuses car elles pénètrent les alvéoles pulmonaires), non seulement en 2011 mais aussi sur la moyenne 2009-2016, ainsi que sur les dernières années (2014, 2015 et 2016).

pm-2-5-moyenne-2016Par ailleurs, une étude publiée sur le site du Ministère de l’Ecologie, indique pour les 60
agglomérations françaises de plus de 100.000 habitants et pour la période 2009-2011, le nombre de jours par an où l’indice ATMO est supérieur ou égal à 6. Cet indice fournit une information synthétique sur la qualité de l’air et est basé sur les concentrations dans l’air de quatre polluants : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et particules fines de diamètre inférieur à 10 μm (PM10).Bien que cette étude se base sur une période plus large et surtout sur des critères différents de celle de l’OMS, Annecy y reste classée parmi les villes les plus polluées de France, à la 8e place sur 60.L’InVS nous apprend que les transports et le résidentiel sont les principales sources de pollution aux particules fines dans l’agglomération annécienne, devant l’industrie. Air Rhône- Alpes indique que 70% des NOx incombe aux transports.

2/ Effets de la pollution sur la santé dans l’agglomération annécienne

L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a évalué l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine dans l’agglomération d’Annecy sur la période 2009-2011. Elle montre que les habitants de l’agglomération annécienne perdent 11 mois d’espérance de vie par rapport à une ville qui respecterait la valeur-guide de l’OMS pour les particules fines cancérigènes PM2,5. Soixante-dix décès par an sont attribués à cette pollution.

Il convient de distinguer deux types d’impact de l’exposition à la pollution atmosphérique sur la santé :

les impacts à court terme (quelques jours) sont à l’origine de troubles tels que : irritations oculaires ou des voies respiratoires, crises d’asthme, exacerbation de troubles cardio-vasculaires et respiratoires pouvant conduire à une hospitalisation, et dans les cas les plus graves au décès ;

les impacts à long terme (1 à 10 ans) peuvent être définis comme la contribution de l’exposition à la pollution atmosphérique au développement ou à l’aggravation de maladies chroniques telles que : cancers, pathologies cardiovasculaires et respiratoires, troubles neurologiques, troubles du développement, etc.

Respirer l’air du bassin annécien serait donc mortel et les transports routiers en sont co-responsables. Où est passé « l’oxygène à la source ? ».

Demain, venez nombreux, à pied, à vélo, en covoiturage et pourquoi pas en bus ?

Publié le Mis à jour le

Demain, venez nombreux, à pied, en vélo, en covoiturage et pourquoi pas en bus ?

Comment ça se passe ?

On se retrouve d’abord de bonne humeur à 14 h 00 ensuite :

  • 14 h 30 : Départ vers la préfecture
  • 15 h 30 : Début de la fin du rassemblement

Et n’oubliez pas de signez la pétition en ligne adressée à  : Pierre Lambert Préfet de Haute-Savoie, Christian Monteil Président du Conseil Départemental et Laurent Wauquiez Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Pour signer, c’est ici :  Pollution de l’air : des actions fortes en Haute-Savoie!

grenelle-event

Etude d’impact : Véhicules électriques vs projets liés au transport dans le bassin annécien

En passant Publié le Mis à jour le

Par Bruno d’Halluin, Les Amis de la Terre 74.

gear-102062_960_720

Etude comparative de l’impact respectif des véhicules électrifiés et des projets liés au transport dans le bassin annécien sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), la qualité de l’air et le trafic routier à l’horizon 2030. 

  • Par « véhicules électrifiés », on entend véhicules électriques et véhicules hybrides rechargeables.
  • Les références complètes des ressources utilisées sont données en fin de document.

Synthèse

Les études consultées montrent que le parc français de véhicules particuliers en 2030 comprendrait 6% de véhicules électrifiés. Cette pénétration des véhicules électrifiés génèrerait pour ce parc une réduction de 3% des émissions de gaz à effet de serre (GES), une réduction de 4% des émissions de particules fines (PM10) sur les lieux de circulation (mais une hausse sur les lieux de production), et aucun impact sur le trafic routier.

Lire la suite »