microparticule

LA VÉRITÉ SUR LE TUNNEL SOUS LE SEMNOZ

Publié le Mis à jour le

Par Bruno d’Halluin : Les Amis de la Terre 74

Des projets se préparent au niveau des transports sur la rive ouest de notre lac : tunnel sous le Semnoz entre Annecy Vovray et Sevrier Riant-Port, nouveau bus abusivement appelé « à haut niveau de service » (BHNS). Ces projets, s’ils se réalisaient, influeraient sur notre vie quotidienne pendant des décennies.

Selon la dernière étude commandée par le Conseil Départemental et la C2A (BG Ingénieurs, 2015) : à l’horizon 2030 et en heure de pointe du matin, le projet tunnel+BHNS provoquerait une augmentation moyenne du trafic sur la rive ouest de +50%. Cette augmentation moyenne se déclinerait ainsi :

Tronçon Direction Hypothèse basse Hypothèse haute
St Jorioz – Sevrier Vers Annecy + 32% + 43%
Duingt – St Jorioz Vers Annecy + 56% + 75%
Le bassin annécien un jour de pollution talloir développement durable
Le bassin annécien un jour de pollution (crédit photo : Talloires développement durable)

Cette étude, comme les précédentes (SYSTRA 2013, TTK 2012), montre que ce tunnel à plus de 225 millions d’euros aux frais du contribuable serait un véritable ASPIRATEUR À VOITURES  vers la rive ouest du lac, provoquant sur l’ensemble de cette rive au sud de Sevrier Riant-Port une augmentation considérable du trafic, des embouteillages, de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre.

Rappelons qu’Annecy a été classée 2e ville la plus polluée de France par l’OMS et qu’elle est la ville la plus polluée de Rhône-Alpes aux particules fines cancérigènes PM2,5 (source : Air Rhône-Alpes). Dans l’agglomération annécienne, cette pollution fait perdre 11 mois d’espérance de vie aux habitants et 70 décès par an lui sont attribués (source : InVS). Ceux qui habitent près d’un axe routier à grand trafic comme la RD1508 sont encore plus exposés.

Pour en savoir plus sur les études et sur le tunnel cliquez ici

Seul un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) intégral (sur voie dédiée), suffisamment attractif (ponctualité, rapidité, fréquence, amplitude horaire, sécurité, confort, intermodalité avec transports « doux » tel le vélo) permettra de réduire les embouteillages et la pollution.

Actualité du Grenelle

Publié le Mis à jour le

L’Essor Savoyard Annecy et Région – 25 février 2016

Essor Savoyard 25 02 2016 Annecy et Région

Dauphiné Libéré – 25 février 2016

Duphiné 25 02 2016
Dauphiné 25 février 2016

Stupeur et Echappements

Publié le Mis à jour le

Par Olivier Labasse – Bien Vivre à Veyrier

ATMB embouteillageLe 18 décembre 2014, lors du Conseil de la Communauté de l’Agglomération d’Annecy (C2A) dont il est le premier Vice-Président, le Député de Haute- Savoie, Maire d’une commune limitrophe d’Annecy, aurait affirmé, pour « que la presse le reprenne » (dont acte, on est jamais mieux servi que par soi-même) « que les nouveaux moteurs diesel issus des technologies françaises rejettent un air où il y a moins de microparticules que celui qui est aspiré pour la carburation ». Les tribulations de 2015 devaient, y compris à la Commission européenne, lui infliger un démenti quasi-planétaire.
Les citoyens seraient, le propos confirmé, en droit de s’inquiéter de la qualité de diagnostic des médecins échappant à la réalité des faits et des chiffres, alors que 84 urgentistes auraient écrit au Président de la République pour l’alerter sur la dangerosité de la pollution de l’air, sans oublier le cri d’alarme de nombreux pneumologues et allergologues locaux. Pas de quoi rassurer les patients, mais de quoi probablement scandaliser les victimes de pathologies cancérogènes, asthmatiques et cardiovasculaires. La Ligue contre le Cancer appréciera.

Lire la suite »

Annecy ville la plus polluée de Rhône-Alpes en 2015

Publié le Mis à jour le

Par Bruno d’Halluin – Les Amis de la Terre 74

Lac Pollution Talloire développement durable
Le lac d’Annecy le 4 mars 2013 15 h 45. Crédit Photo Talloires Développement Durable

Les relevés effectués par les stations d’Air Rhône-Alpes montrent qu’Annecy est la ville la plus polluée de Rhône-Alpes aux particules fines cancérigènes PM2,5 (de diamètre inférieur à 2,5 μm) pour l’année 2015, devant Lyon et Grenoble.

Annecy est en outre la ville la plus polluée de Rhône-Alpes aux PM2,5 pour la 2ème année consécutive, ainsi qu’en moyenne sur la période 2009-2015.

Mesures sur les particules PM2,5, en microgrammes/m3, pour les stations de Rhône-Alpes de type « Fond/Urbaine » (les stations sont classées sur l’années 2015) :Tableau Pollution PM 25 Annecy 2009 2015On se souvient qu’Annecy a été classée 2e ville la plus polluée de France aux PM2,5 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans un classement publié en 2014 et s’appuyant sur des données recueillies en 2011.

les habitants de l’agglomération annécienne perdent 11 mois d’espérance de vie

Pour rappel, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a évalué l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine dans l’agglomération d’Annecy sur la période 2009-2011. Elle montre que les habitants de l’agglomération annécienne perdent 11 mois d’espérance de vie par rapport à une ville qui respecterait la valeur-guide de l’OMS pour les particules fines cancérigènes PM2,5 (soit 10 μg/m3). Soixante-dix décès par an sont attribués à cette pollution.

(1) La dernière colonne indique la moyenne pour Annecy Loverchy durant la période où il y a eu des mesures pour la station indiquée sur la ligne. En effet, certaines stations n’ont pas fait l’objet de mesures significatives pour certaines années de la période 2009-2015. En particulier, la moyenne de Vienne Centre sur 2009-2015 est plus élevée que celle d’Annecy Loverchy, mais il n’y a pas eu de relevés pour Vienne en 2014 et 2015, années de pollution moindre que la moyenne en Rhône-Alpes. A période constante, la moyenne d’Annecy est plus élevée que celle de Vienne.

2016 : année critique pour le lac et les habitants

Publié le Mis à jour le

  L’incompréhensible paradoxe annécien

Par Olivier Labasse – Bien Vivre à Veyrier

 

Terre dans le lac COP 21Tous les pays de la planète se sont engagés à réduire leurs émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) lors de la 21ème conférence de l’ONU sur le Climat (COP 21) de Paris qui s’est terminée le 11 décembre 2015. 186 d’entre eux devraient revoir, sur la base du volontariat, leurs engagements à la hausse d’ici à 2020.

Les villes et zones urbaines sont responsables de 60% à 70% (CO2) de la pollution émise; les maires avant-gardistes[1] de plus de 400 grandes villes responsables, emmenés par celui de Paris et l’ancien édile de New York, n’ont pas attendu les Etats pour prendre des mesures audacieuses en faveur du climat et de la réduction de la pollution : en première ligne, ils ont compris depuis plusieurs années qu’ils pouvaient agir efficacement pour améliorer la santé, prolonger l’espérance de vie des habitants et rendre leurs villes plus attractives pour les entreprises, les touristes, les investisseurs.

Lire la suite »