congestion

Elargissement de l’A41 Pringy-St Martin-Bellevue : pour qui ? Pour quoi ?

Publié le Mis à jour le

Communiqué de Presse n° 12

 Alors que la saturation routière du nord d’Annecy empire de mois en mois, un élargissement de l’autoroute est en projet. Celui-ci va congestionner encore davantage les goulots d’étranglement des nœuds routiers de Pringy-Metz-Tessy tout en ignorant sciemment les alternatives ferroviaires crédibles. Le Grenelle pointe les conclusions bâclées d’une Commission d’enquête qui accumule les approximations et les contre-vérités sur le sujet.

 La Commission d’enquête[1] vient de rendre un avis favorable à l’élargissement à 2×3 voies de l’autoroute 41 entre les péages d’Annecy-Nord et St-Martin-Bellevue. Elle entérine ainsi la création de 10 pistes routières parallèles en comptant l’ancienne nationale 201, le contournement routier de Pringy en cours construction et l’autoroute en question.

En balayant les avis négatifs émis lors de la consultation de la population pourtant très largement majoritaires (11fois plus d’avis défavorables que favorables sur le registre dématérialisé).

Cet avis ne prend pas en compte l’appel d’air à davantage de circulation sur cet axe qui compte déjà 50.000 voitures par jour[2] avec le renforcement des bouchons chroniques aux ronds-points près de l’hôpital et plus globalement aux entrées nord de l’agglo. Pour les usagers de la route Annecy-Genève, il ne va pas améliorer les temps de parcours et les points durs de Metz-Tessy et de la douane de Bardonnex seront même amplifiés. En ignorance de la notion de trafic induit maintes fois démontrée et admise par tous les spécialistes de transports.

Cet avis subjectif ou mal fondé discrédite aussi les alternatives de transport en commun propre, sûr, performant et moderne que le Département et la Région affirment, par ailleurs, vouloir développer.

En premier lieu, la Commission affirme un temps de trajet en train pour relier Annecy à Annemasse de 54 minutes à 1h10 contre un temps de trajet en voiture de 20 minutes[3]. Ceci est évidemment faux. Le trajet en voiture du centre d’Annecy au centre d’Annemasse est réellement de 40 minutes en heure creuse et de 1h10 en heure de pointe, notamment à cause de la congestion quotidienne du nœud autoroutier d’Etrembières.

En second lieu, la commission avance que les liaisons du Léman Express jusqu’à Annecy ne sont pas affirmées. Aurait-elle oublié de prendre connaissance et de lire les engagements de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, du Canton de Genève, de Lémanis, des CFF, de la SNCF ? Ceux-ci précisent que le Léman Express va relier dès décembre 2019 Annecy à Genève, à raison d’un train par heure en heure creuse et d’un train par demi-heure en heure de pointe[4] qui permettra de relier les 2 centres des deux villes de façon compétitive et sans perte de temps pour le voyageur.

A41

La SNCF propose même de moderniser l’actuelle voie ferrée unique pour permettre d’améliorer les temps de parcours et le nombre de trains proposés :

Le Grenelle des Transports conteste l’analyse de la Commission qui ne considère pas sérieusement l’alternative ferroviaire dans son rapport ou la méconnait. Elle reprend exactement les arguments d’AREA qui estime que l’autoroute permettra de mettre en place des transports en commun alors que c’est exactement dans le but inverse qu’elle entend l’élargir.

Cette commission sous-entend par des affirmations non étayées que la liaison ferroviaire n’est pas pertinente en se basant sur des arguments approximatifs et parcellaires. On remarquera que les avis négatifs de la consultation de la population sont également balayés et même qualifiés « d’oppositions de principe[5] », alors que celle-ci évoque souvent une amélioration de la ligne ferroviaire comme priorité pour la mobilité et la qualité de l’air. Aucun développement sur celui de la pollution et d’analyse des impacts environnementaux.

Si l’on peut, comme d’autres, s’interroger sur le statut de la vérité en politique qui est aujourd’hui clé dans l’exercice de la démocratie, on pourra, avec cet exemple, se désespérer de la tyrannie de l’incohérence.

[1] http://www.haute-savoie.gouv.fr/content/download/26005/157330/file/rapport%20d’enquete%20avis%20motives.pdf

[2] http://www.haute-savoie.gouv.fr/content/download/24443/148702/file/carte-comptage-hs-2016-bd.pdf voir comptage A41 point 19

[3] Voir page 61

[4] http://www.ceva.ch/wp-content/uploads/2017/09/leman-express-flyer-a4-def-20-09-16-lr.pdf

[5] Voir P 79

Rappel #Annecy : “Un tramway nommé désir” ?

Publié le Mis à jour le

Conférence débat : L’expérience du Tramway de Besançon

le 7 avril 2017 à 18 h 30 – Salle des Eaux et Forêts à Annecy

113 Bd du Fier -74000 Annecy -Ouverture des portes à 18 h

tramway nommé désir à Annecy

Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de la pièce de théâtre de Tennessee Williams, mais de la prochaine réunion du « Grenelle ». La 1ère d’un cycle de réunions sur les solutions de mobilité sur le bassin annécien.

Au programme de cette soirée

  • Qualité de l’air et pollution,  des solutions sont possibles !
  • L’expérience du Tramway de Besançon, Michel Loyat, vice-président en charge des transports du Grand Besançon
  • Pourquoi un tram sur la Rive Ouest du lac ?

Venez nombreux et relayez l’information

 

Des projets routiers onéreux et inquiétants, et aucune alternative de transports en commun efficaces.

Publié le Mis à jour le

« Nous demandons un vrai débat public ! »

Les édemocratielus décideurs nous préparent un bassin de vie fondé sur le « tout voiture », partout synonyme de pollution et d’embouteillages : nous refusons cette orientation ! 

Le 27 juin 2016, le Conseil départemental (CD74) et la Communauté de l’agglomération d’Annecy (C2A) ont signé une convention de financement global à hauteur de 432 millions d’Euros (8 fois le coût prévisionnel du centre des congrès) pour tous les projets routiers programmés dans l’agglomération annécienne.

« Avec le tunnel le trafic va augmenter de 48% sur le secteur Duingt-Sevrier »

Officiellement, ces projets vont « fluidifier » le trafic. En réalité, ces projets vont faire exploser le trafic des véhicules individuels et des poids lourds.  « Les chiffres officiels fournis par le CD 74 (étude BG) montrent qu’avec le tunnel le trafic va augmenter de 48% sur le secteur Duingt-Sevrier à l’horizon 2030, alors que la rive Ouest du lac est déjà saturée chaque matin et chaque soir, comme l’est d’ailleurs la rive Est. Ce n’est  pas ce que nous voulons pour notre bassin de vie. » (E.Luca, B.d’Halluin*)

Si nous ne réagissons pas, les transports collectifs et les modes doux vont rester les parents pauvres des offres de mobilités sur le bassin annecien, avec une aggravation des conséquences en termes de pollution et de santé publique et l’hyper-congestion de la circulation

Les élus décideurs veulent éviter un vrai débat public sur l’ensemble de leurs projets : quelles en sont les raisons cachées ? 

« Voilà deux ans que nous avons demandé aux élus d’organiser un grand débat public, un « Grenelle des transports et de la qualité de l’air du bassin annecien » pour que les habitants puissent être correctement informés de leurs projets et se prononcer en connaissance de cause sur des solutions aptes à mieux répondre à leurs besoins de mobilité pour les 15 ans qui viennent. Notre demande a été rejetée, mauvais coup à la démocratie locale. »  (O. Labasse) Ces projets engagent notre avenir, notre qualité de vie, notre santé et celle de nos enfants, ainsi que notre économie, y compris touristique. Ils ont été volontairement découpés en plusieurs projets pour passer sous les seuils de déclenchement d’un vrai débat public. Ceci pour éviter d’avoir à présenter leurs conséquences globales en termes de pollution, de santé et de trafic.

Puisque les élus décideurs ne veulent pas nous entendre, nous en appelons officiellement à la Commission Nationale du Débat Public (Lire la lettre envoyée au Pdt)

« Nous attendons de la CNDP qu’elle demande aux élus décideurs de revoir leur position »

Notre collectif des 15 associations avait déjà alerté en 2015 la Ministre de l’Environnement sur les orientations qui se profilaient sur le bassin annecien. Les décisions ont malgré tout été prises par les élus locaux, et nous les contestons. « Placés devant ce fait accompli, et pendant qu’il n’est pas encore trop tard, nous venons d’écrire à la CNDP pour contester le périmètre réduit sur lequel le Conseil Départemental entend conduire le débat. Nous attendons de la CNDP qu’elle demande aux élus décideurs de revoir leur position » (JP. Crouzat)

Habitants du bassin annecien, nous vous alertons : aidez-nous à obtenir un vrai débat citoyen sous l’égide de la CNDP !

(*) les personnes citées font partie du collectif Grenelle des transports et de la qualité de l’air

LA VÉRITÉ SUR LE TUNNEL SOUS LE SEMNOZ

Publié le Mis à jour le

Par Bruno d’Halluin : Les Amis de la Terre 74

Des projets se préparent au niveau des transports sur la rive ouest de notre lac : tunnel sous le Semnoz entre Annecy Vovray et Sevrier Riant-Port, nouveau bus abusivement appelé « à haut niveau de service » (BHNS). Ces projets, s’ils se réalisaient, influeraient sur notre vie quotidienne pendant des décennies.

Selon la dernière étude commandée par le Conseil Départemental et la C2A (BG Ingénieurs, 2015) : à l’horizon 2030 et en heure de pointe du matin, le projet tunnel+BHNS provoquerait une augmentation moyenne du trafic sur la rive ouest de +50%. Cette augmentation moyenne se déclinerait ainsi :

Tronçon Direction Hypothèse basse Hypothèse haute
St Jorioz – Sevrier Vers Annecy + 32% + 43%
Duingt – St Jorioz Vers Annecy + 56% + 75%
Le bassin annécien un jour de pollution talloir développement durable
Le bassin annécien un jour de pollution (crédit photo : Talloires développement durable)

Cette étude, comme les précédentes (SYSTRA 2013, TTK 2012), montre que ce tunnel à plus de 225 millions d’euros aux frais du contribuable serait un véritable ASPIRATEUR À VOITURES  vers la rive ouest du lac, provoquant sur l’ensemble de cette rive au sud de Sevrier Riant-Port une augmentation considérable du trafic, des embouteillages, de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre.

Rappelons qu’Annecy a été classée 2e ville la plus polluée de France par l’OMS et qu’elle est la ville la plus polluée de Rhône-Alpes aux particules fines cancérigènes PM2,5 (source : Air Rhône-Alpes). Dans l’agglomération annécienne, cette pollution fait perdre 11 mois d’espérance de vie aux habitants et 70 décès par an lui sont attribués (source : InVS). Ceux qui habitent près d’un axe routier à grand trafic comme la RD1508 sont encore plus exposés.

Pour en savoir plus sur les études et sur le tunnel cliquez ici

Seul un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) intégral (sur voie dédiée), suffisamment attractif (ponctualité, rapidité, fréquence, amplitude horaire, sécurité, confort, intermodalité avec transports « doux » tel le vélo) permettra de réduire les embouteillages et la pollution.

Transport collectif : premiers résultats de l’enquête de BVV

Publié le Mis à jour le

Bouchon veyrier 3 C.B. 02-2015

Par Olivier Labasse – Bien Vivre à Veyrier

La croissance du trafic routier à Veyrier-du-Lac s’accélère, comme nous allons tous à nouveau le constater  ces prochains jours : 17300 véhicules sur la RD 909 avec des pointes horaires à 1600 véhicules selon les comptages (2013) de l’ex-Conseil général. Elle est liée au transfert de la congestion de la rive Ouest pour le transit Annecy- Faverges, voir Genève -Albertville (qui devrait empirer – de l’ordre de + 30% –  avec la démographie et les projets déclarés en fanfare, contre toute étude responsable d’impact, par les exécutifs locaux et départementaux), mais aussi à l’insuffisance qualitative et quantitative de transports publics peu attractifs pour la desserte locale. Lire la suite »